Sensibiliser à la pollution numérique en entreprise

Pourquoi il est important de sensibiliser à la pollution numérique en entreprise ?

Numérique responsable, informatique verte, green IT ... Toutes ces phrases sont des termes génériques choisis pour dénommer la gestion raisonnée de l'usage des équipements informatiques afin de limiter leurs impacts négatifs sur l'environnement.  Le projet "numérique responsable", en entreprise, est donc un projet d'amélioration continue, qui fait partie intégrante de la stratégie RSE globale de l'entreprise. La sensibilisation à la pollution numérique en entreprise est partiuclièrement importante dans ce contexte de management du numérique responsable : le rôle des utilisateurs est crucial pour assurer le succès de la démarche. Les utilisateurs, comme les entreprises, commencent doucement à prendre conscience de l'impact environnemental du numérique.  Cet article reprend plusieurs bonnes pratiques pour sensibiliser à la pollution numérique en entreprise, et encourager les collaborateurs ainsi que le top management au changement. Découvrez également notre ebook gratuit !

Ecogestes sobriété numérique en entreprise : on vous dit tout !

4%: c’est le taux d’émission de GES que représente le numérique, soit 1,5 fois plus important que l’aviation civile. La Pollution numérique est une pollution encore méconnue et considérée comme “invisible". Pas de plastique éparpillé par terre, au pire, un tiroir plein de câbles accumulés au fil des années. Pourtant, derrière l’utilisation de nos équipements se cachent des milliers de répéteurs, des satellites, des data centers composés de milliers de serveurs et de disques durs. La cause ? L'utilisation quasi continue de nos appareils et surtout sur nos horaires de bureau (moyenne de 8h de travail/jour)  avec la nécessité d’avoir une circulation de l’information rapide, fluide et constante. A l’heure des différentes alertes lancées par plusieurs consensus scientifiques et la publication du dernier rapport du GIEC, il est temps de concevoir des services numériques plus sobres et de modérer ses usages numériques quotidiens. On passe à l'action ? Dans cet ebook gratuit, Greendeed vous propose ainsi 5 écogestes à mettre en place derrières vos écrans, pour vous aider à tendre vers la sobriété numérique.

Réduire l'impact environnemental du numérique : notre ebook

Parmi les points abordés dans cet ebook "sensibiliser à la pollution numérique en entreprise"

Allonger la durée de vie de ses équipements IT

On estime que la fabrication d'un ordinateur nécessite en moyenne 240 kg de combustibles fossiles. 22 kg de produits chimiques. 1,5 tonnes d'eau. Avoir un équipement de très bonne qualité à moindre prix et cela vous permet de faire des économies. Acheter des équipements numériques d’occasion, c’est leur donner une seconde vie, et cela permet d’économiser les ressources qui auraient été nécessaires à la fabrication de machines neuves. Il existe plusieurs sites d’achat d’occasion, comme Backmarket.  Lors d’un achat neuf ou d’occasion, il faut veiller à bien vérifier l’IDR (indice de réparabilité). Le but étant de pouvoir réparer et ainsi conserver aussi longtemps que possible vos équipements.

Réduire l'impact environnemental liés à sa navigation internet

Pourquoi ? Faire une recherche sur internet consiste en une transmission d’informations.  Le problème ? Ces données sont matérialisées et stockées dans des infrastructures: les data centers. L’électricité utilisée provient essentiellement d’énergies non-renouvelables qui polluent.  Comment lutter ?

Télécharger un navigateur/moteur de recherche moins énergivore: Ecosia, Lilo, Ecogine…

Ces moteurs de recherche écologiques utilisent des énergies renouvelables pour alimenter leurs data centers et/ou compensent leur impact carbone. Le +: certains reversent une partie de leurs revenus à des causes écologiques, sociales ou humanitaires

Mieux stocker ses données

Le cloud a été créé dans un but plutôt louable : augmenter nos capacités de stockage tout en limitant les impressions, en évitant le gâchis de papier et ainsi en limitant la déforestation. Petit hic : selon un rapport de la Commission européenne, en 2018, en Europe, les services cloud représentaient 35% de la consommation énergétique des centres de données. En effet, ce cloud fonctionne grâce aux data centers qui ont un impact environnemental non négligeable (10% de la consommation globale d'énergie française est directement liée à ces centres de données géants).  Stocker ses documents le plus possible localement (sur l’ordinateur) plutôt que sur le Cloud contribuera à éviter la surutilisation des datacenters. L'organisation générale de ses données (classer, éviter les doublons ...) permettra également de limiter l'augmentation exponentielle de celles-ci. Infomaniak est une entreprise suisse, spécialisée dans l’hébergement de sites web, la diffusion de contenus audio et vidéo en streaming grâce à des data centers éco-responsables.

Assainir sa boîte mail

En moyenne un français stocke 10 000 à 50 000 e-mails non lus dans sa boite mails. Chaque envoi équivaut à laisser une ampoule allumée pendant 24 heures (ça en fait des ampoules ...) Plus un courriel est conservé longtemps sur un serveur, plus son impact sur l’environnement est important. En effet, dû à l’obligation de permettre aux utilisateurs d’accéder à leurs données 24/24, les serveurs sont allumés en permanence. Même si vous ne consultez pas ces mails, ceux-ci consomment donc de l’énergie. Comment agir ? Pour revenir à nos ampoules, supprimer 30 mails équivaut à économiser 24h de consommation électrique (d'une ampoule, donc - vous suivez ?). Pour vous aider dans votre tri, il existe des logiciels comme Cleanfox qui détectent les newsletters auxquelles vous êtes abonnés, celles que vous avez supprimées, les autres emails supprimés. Le + ? Le nombre de kg de CO2/an économisés grâce à ces actions est automatiquement calculé. Pour aller plus loin, n'hésitez pas supprimer / trier vos mails (sans oublier la corbeille), supprimer les spams, installer un anti-spam ...

Réduire l’impact du streaming

Les vidéos en très haute définition aggravent la pollution numérique à deux niveaux : elles incitent à faire l’acquisition d’écrans plus grands et plus complexes (donc plus polluants) et demandent plus d’énergie pour être lues (car plus lourdes). En effet, cette diffusion numérique n’est possible que grâce à des terminaux, des réseaux de stockage et de diffusion qui consomment énormément d’énergie: aujourd’hui le streaming vidéo représente 60% du trafic mondial de données. Pour aller plus loin, selon Médiamétrie, le site de Netflix (streaming) est consulté par 19 millions de personnes chaque mois, en France. Pour amoindrir votre impact environnemental, veillez à bien baisser la qualité de l’image ! (360p pour un smartphone et 720p pour un ordinateur)  TUTO 👉  Régler la qualité vidéo sur Netflix. Retrouvez également l'ensemble de nos ressources gratuites sur cette page Sources: Le bon digital - Le numérique plus responsable https://librairie.ademe.fr/ https://ecotic.fr/ https://www.hellocarbo.com/ https://le-reses.org/ https://siecledigital.fr/ https://gomytech.gomycode.co/ https://www.terrafemina.com/ https://blog.touchedeclavier.com/ https://www.greenpeace.fr/la-pollution-numerique/

Un autre article ?

Démarrer sa démarche RSE : 3 outils pour sensibiliser à la RSE en entreprise

Comment traduire les objectifs de la COP 27 dans mon entreprise ?

Organiser un atelier 2 tonnes dans son entreprise

10 fruits et légumes de Novembre pour un déjeuner eco responsable en entreprise

1 2 3 8
pencilcogheartstarbookusersphone-handsetmapleafcrossmenu